La culture de guerre à Carvin – Etape 1: « la Ville de Carvin à ses enfants morts »

Monument aux morts

A défaut de saluer la victoire, le patriotisme communal carvinois célèbre ici la mémoire des victimes militaires et civiles de la commune en faisant allusion aux souffrances endurées par les populations des régions envahies. Offrant sa poitrine comme ultime rempart, un soldat protège femmes et enfants restés dans la commune reconnaissable au clocher de son église et au chevalet de puits mine figurant en bas relief sur le fond du monument. Année par année, une liste longue de plusieurs centaines de noms d’ « enfants de Carvin » tués au front s’égrène bien en évidence sur le monument, tandis que les noms des quelques dizaines de victimes civiles mortes à Carvin ont été relégués en contrebas du monument. A l’époque, l’inspiration qui présida à une telle célébration contraria les autorités administratives françaises.

Pour plus de précisions et pour aller plus loin, on consultera les ouvrages de la Sté de recherches historiques de Carvin ainsi que le site « mémoire de pierre »

Plaque commémorative

Publicités

Publié dans

Permalien